League of Legends

Entretien avec Riot France : « Notre ambition est de faire de l’e-sport une discipline qui dure des décennies »

Publié le   par Laureen Peers
Lors des phases finales des Playoffs des LCS EU qui se déroulaient le week-end dernier au sein de l'AccorHotels Arena de Paris, nous avons pu discuter avec Guillaume Rambourg, le directeur général de Riot France. Au programme de cette rencontre, l'avenir de LoL en Europe, les Jeux Olympiques, mais aussi ce que Riot va apporter avec ces nouveaux bureaux basés à Paris. À lire également
Interview de Nisqy : « Mon plan est de rester chez EnVyUs et de continuer à progresser »

Comment voyez vous le futur de la ligue européenne et que pensez-vous de ce qu’a annoncé H2K ?

Les Américains ont annoncé leur modèle qui culturellement leur correspond beaucoup, parce que le modèle de franchise dans le sport américain c’est le standard. Nous, en Europe, il n’y a pas beaucoup d’appétence avec ce modèle, d’un point de vue du sport traditionnel et culturel, donc forcement il faut qu’on réfléchisse sur un autre système. L’attente sous-jacente en Europe serait d’avoir un modèle de type promotion/relégation, mais pour le faire il faut déjà avoir suffisamment d’équipes de qualité pour créer deux divisions et qu’un ascenseur soit possible entre les deux niveaux. On va tout faire pour se rapprocher des attentes européennes, mais ça sera certainement par bout.
On veut faire une table ronde, où on est tous impliqués.
Concernant H2K, ça me surprend pas mal, parce qu’en fait toutes les équipes LCS sont au courant de manière régulière de notre vision pour la suite. On les implique dans les discussions au fur et à mesure qu’on itère de notre modèle et on attend leur retour, donc ils sont au courant. Après au-delà de ça, on empêche personne de déménager s’il le faut. Dans un monde parfait, on préfère que H2K reste, parce que ça nous permet de créer l’écosystème avec eux. On veut faire une table ronde, où on est tous impliqués. Á nouveau l’e-sport en Europe, on n'a pas l’arrogance de dire qu’il n’y pas que Riot Games qu’il l’a fait, c’est une somme de talents, il y a des équipes, des joueurs, y’a nous, y’a des diffuseurs, y’a plein de gens.


Est-ce qu’il y aura un jour une Coupe du Monde par nation ?

Ce sera possible un jour, c’est certain d’ailleurs on a fait dernièrement les Rifts Rivals où on a commencé un peu à créer une compétition entre les continents. Mais je pense qu’avant d’avoir une Coupe du Monde avec les pays, il faut déjà qu’il y ait des scènes fortes dans chaque pays avec une poule de talents et qu’il y ait un niveau compétitif fort à chacun d'entre eux et en plus de cela, il faut une attachée émotionnelle forte entre les fans et le pays en question. Quand on regarde la France par exemple, on a un petit français en finale de la coupe d’Europe, mais est-ce que ça suffit pour créer une équipe de France ? Peut-être pas forcément, mais à l’avenir il faut qu’on travaille là-dessus c’est sur. 

rift
Concernant les J-O, est-ce que vous êtes déjà en discussion avec les membres représentants de la France pour inclure l’e-sport en 2024 ?

Il n’y a pas de discussion formelle ou officielle toutefois, Tony Estanguet, a annoncé qu’à la rentrée il souhaitait faire un peu le tour de table avec les acteurs de l’e-sport, donc on est totalement à sa disposition pour en parler. J’ai aussi vu les déclarations de Thomas Bach, le président du CIO qui effectivement disait que les jeux vidéo se devaient d’être moins violents, moi je pense que le contre-argument, là-dedans, c’est qu’il n’y a pas une seule goutte de sang dans League of Legends, et que si on compare avec un combat de boxe ou du tir à la carabine, je pense qu’il y’a un débat à avoir, du moins une discussion saine et constructive à avoir.
il n’y a pas une seule goutte de sang dans League of Legends.
Après pour rentrer aux Jeux Olympiques, il y a différents critères, l’universalité de la discipline, l’accessibilité de la discipline et je pense qu’il y a quelques cases qu’on remplit déjà. Après il y a d’autres cases, telles que cette discussion par rapport à la violence, et nous somme une discipline jeune, donc il y a des dérives que nous allons devoir réguler à l’avenir.


De ce fait, il faudra donc créer des équipes nationales. 

Oui, c’est certain il va falloir développer ça. Il y a du travail, mais on est intéressé par cette discussion, car notre ambition est de faire de l’e-sport une discipline qui dure des décennies. Le prisme des Jeux Olympiques c’est parfait pour durer dans le temps.


Qu’est ce que vont apporter en plus les bureaux de Riot à Paris ? 

On souhaite, en premier lieu, en faire plus pour nos joueurs actuels, ils ont beaucoup d’attente par rapport au fait d’avoir plus de contenu francophone, qu’on parle plus de la scène française, mais aussi l’histoire des ces joueurs, de ces cosplayeurs, il y a beaucoup de choses à raconter et à mettre en avant.
Il faut trouver plus de joueurs en France.
Premièrement, faire des évènements communautaires, mais aussi trouver plus de joueurs en France, car pour en faire une discipline qui dure des décennies, il faut qu’on démocratise la chose, donc je pense qu’on a un travail éducationnel à faire qu’on n'a pas forcement bien fait par le passé, pour expliquer à des joueurs classiques en quoi consiste League of Legends. Puis une troisième chose, ça serait de développer, un écosystème compétitif, où tout le monde trouve sa place avec des gens qui jouent pour le fun entre amis, des semi-pros qui ont l’envie de se développer et de s’améliorer, et enfin il y a le haut de l’iceberg avec les joueurs professionnels. 

og

La finale de ces playoffs était castée par O’Gaming et avec la création de Riot France, est-ce que ce seront des casteurs de Riot ou ceux de O’Gaming qui animeront les prochaines compétitions ?

Il y a plusieurs options possibles, on n'a strictement rien arrêté. Il faut déjà qu’on clarifie quel sera le modèle de nos futures compétitions françaises. On a beaucoup d’idées, puisqu’on pourrait créer une coupe de France, un championnat de France, on pourrait même créer un circuit ATP comme au tennis. Il faut déjà qu’on arrête ce modèle pour qu’on puisse réfléchir à comment on le produit et avec qui, comment. En ce moment, la réflexion qu’on a, c’est pourquoi l’e-sport en France, qu’est ce que c’est exactement qu’on souhaite améliorer et faire. La partie avec qui et comment viendra donc en temps voulu.
0
0
0
0
0
0

Les dernières actualités

League of Legends
Interview de G2 : « Nous avons une bonne chance d'être numéro 1 des LCS EU ! »
Les LCS EU reprennent ce vendredi 19 janvier avec en guise de match d'ouverture, la rencontre entre G2 et Misfits, les deux équipes finalistes du Summer Split 2017. À l'occasion des divers changements effectués au sein du roster de G2, mais aussi des modifications apportées sur le format de cette scène compétitive européenne, nous avons pu nous entretenir avec plusieurs joueurs de l'équipe G2 pour connaître leur avis sur le sujet.
League of Legends
LCS EU : Les équipes et les joueurs présents pour la saison 8 !
Le coup d'envoi de la huitième saison des LCS EU sera donné ce vendredi 19 janvier. À cette occasion, retour en détails sur les compositions des équipes qui seront présentes au sein de la ligue européenne.
League of Legends
Les Rox Tigers changeront de nom au Summer Split
Rox Tigers est une des équipes les plus appréciées pour ses performances passées. Après une saison 2017 difficile et le départ de ses joueurs stars, l'équipe changera de sponsor et de nom dès le prochain split dans l'espoir de retrouver le haut du classement.
League of Legends
De SKT T1 aux Kingzone, tout ce qu'il faut savoir sur les équipes de la LCK 2018 !
La Corée du Sud a encore montré en 2017, sa domination face au reste du monde. C'est après un mercato agité que la meilleure ligue du monde reprend ses droits, découvrez la composition des équipes qui vont s'affronter pour le titre suprême de champion de la LCK.

Ces articles pourraient vous intéresser

CSGO
Les nouveaux challengers en place pour le Major ELEAGUE de Boston !
Alors que ce vendredi 12 janvier débute le premier tour du Major ELEAGUE de Boston, les huit équipes qualifiées lors des différents Minors vont devoir affronter huit équipes directement qualifiées à la compétition grâce à leur participation aux phases de poule du dernier Major en date. L'occasion pour nous de vous faire découvrir ces huit équipes qui ont déjà participé à un Major à 1 000 000 de dollars et qui comptent bien atteindre le second tour de l'événement.
CSGO
Misfits laisse trois joueurs sans contrat après leur élimination au Major ELEAGUE
Ce lundi s'est terminé le premier tour du Major ELEAGUE de Boston qui a vu l'équipe Misfits se faire éliminer par les Kazakhs de AVANGAR, mais pas seulement. En effet, quelques heures après l'élimination de l'organisation anglaise, Shahzeb "ShahZaM" Khan a annoncé que son contrat avait expiré et qu'il était donc libre de négocier avec d'autres structures afin de connaître les possibilités qui s'offraient à lui.
CSGO
100 Thieves déclare forfait pour le Major
L'ancienne équipe Immortals finaliste du précédent Major a déclaré forfait en raison de problèmes de visa. Après les Chinois de Tyloo c'est la deuxième équipe à ne pas pouvoir participer au Major.
CSGO
Les champions des Minors entrent en piste pour le Major ELEAGUE de Boston !
Le 12 janvier prochain débutera le Major ELEAGUE de Boston avec le premier tour de la compétition intitulé « The New Challengers Stage ». Pour ce premier round de l'événement sponsorisé par Valve, les équipes qualifiées lors des différents Minors affronteront les équipes n'ayant pas passé les poules du Major PGL de Cracovie. L'occasion pour nous de vous faire découvrir les huit équipes qui ont dominé les Minors européen, asiatique, américain et CIS.