Kingdom Hearts III

Test de Kingdom Hearts 3 : L'épisode que l'on attendait tous ?

Publié le   par Majid Benhenneda
Kingdom Hearts 3 en a connu des déboires, six ans de développement et peu d'informations pendant longtemps, l'attente commençait à peser. Ce final se devait d'être à la hauteur et le nouveau ARPG de Tetsuya Nomura pointe enfin son nez. On l'a testé et le moins que l'on puisse dire est que ça s'annonce grandiose ! À lire également
Kingdom Hearts III : Tout ce qu'il faut savoir sur le prochain mastodonte de Square Enix
Le dernier jeu estampillé Kingdom Hearts sorti avant ce tout nouveau 3ème opus a été Dream Drop Distance. Six années les séparent et sept de plus creusent le gouffre entre le 3 et 2. Avec des épisodes annexes en pagailles et aucun signe de la série sur PS3, excepté une compilation des premiers jeux, KH3 a pris son temps pour arriver. Il en a même pris beaucoup. Plus les années passent et l'attente devenait insoutenable pour certains fans, d'autres ont même renoncé à l'existence du titre et ont préféré l'enfouir au fin fond de leur cerveau, surtout à la vue du projet avorté de Nomura : Final Fantasy Versus 13.

Contre vents et marées, Kingdom Hearts 3 est bel et bien là, on peine à y croire, mais c'est le cas. On peut enfin contempler la suite et fin de cette saga mythique après tellement d'années à voir défiler annonces, trailers et spéculations. Est-ce à la hauteur de la barre qu'a pu mettre KH2 ou encore Birth by Sleep ? La conclusion de cette histoire qui a longuement duré a-t-elle mérité tout ce temps d'attente ? C'est ce qu'on va voir dans ce test !

Keyblade Wielders : Infinity War

Kingdom Hearts 3 nous embarque donc dans une aventure où l'on incarne Sora (ou l'ado au cheveux pointus pour les nouveaux venus) accompagné de ses fidèles demi-portions : Donald et Dingo pour une quête initiatique à la recherche du Pouvoir de l'éveil. Ce KH3 se passe donc directement après Dream Drop Distance et avec 8 jeux canoniques au compteur et la quantité astronomique de lore, c'est un euphémisme de dire que le scénario du titre possède de nombreux enjeux. Car, avec un antagoniste prenant de nombreuses formes, des récits servant de préquels pour nous conter ce qui est arrivé 10 ans avant le début du premier Kingdom Hearts ou encore 100 ans avant, tout en laissant des éléments et des personnages en suspens, ainsi qu'une myriade de questions sans réponses.

Cet épisode en est la culmination et c'est la raison pour laquelle l'attente était palpable et six ans après : Est-ce que Kingdom Hearts 3 apporte les réponses tant attendues et résout les conflits et autres mystères qui jalonnent la série ? Gros OUI ! (mais pas entièrement quand même, Nomura oblige) "Everyone is here", le sous-titre de cet autre crossover vidéoludique majeur sorti il y a quelque temps s'applique tout autant à ce KH3. Sans pour autant spoiler, disons que beaucoup de personnages se réunissent enfin dans l'apothéose de cette saga dite celle de Xehanort, l'antagoniste principal. Préparez-donc du Doliprane pour la fin, notamment la secret ending, ainsi que du pop-corn pour l’entièreté des cutscenes survenant entre chaque visite de monde et profitez de l'écriture aussi niaise que touchante de ce shonen à rallonge vidéoludique.

KINGDOM HEARTS Ⅲ_20190130171851
Tout comme KH1 & 2, cet opus possède quelques soucis de rythme notamment durant les premières heures, surtout dans le monde du Pirate des Caraïbes, et les cinématiques quelque peu longuettes n'aident pas le tout. Mais à part ce petit bémol, l'histoire va en crescendo et l'on sent le climax approcher au fur et à mesure de nos péripéties. Les mondes Disney s'imbriquant très bien au récit qui utilise les thèmes que traitent les films respectifs pour donner davantage de sens à l'épopée de Sora.

Quand la magie opère

Et wouah, que ces univers sont parfaitement bien retranscrits ! Tout est fait pour nous en imprégner, en partant des subtilités comme les figurines en référence au film d'Hercule posées ça et là à l'Olympe, à la représentation bluffante du village de Raiponce, en passant par la chambre d'Andy de Toy Story que l'on connait si bien. Le sens du détail et la fidélité aux mondes Disney nous laissent abasourdis. On se retrouve bouche bée à chaque première visite, éblouis et tout excités spécialement si le monde représente un de nos Disney favoris, un enthousiasme contagieux m'a accaparé dès la première rencontre avec Raiponce.

La fois où j'ai pris un selfie avec Woody dans la chambre d'Andy à côté d'un Buzz l’Éclair, quelque peu irrité, est marqué dans mes souvenirs et la fameuse scène du "Libérée délivrée" qui semblait peu congrue et même forcée aux premiers abords m'a finalement happé en quelques secondes. Ce crossover improbable marche toujours aussi bien, et je vous le dis : c'est quelque chose de terrasser le terrible pirate Davy Jones en se servant d'une arme aux couleurs de Winnie l'Ourson envoyant des abeilles et émettant des bruitages ultra-mignons. Dire la phrase précédente hors contexte serait sans doute très bizarre, mais en l’occurrence, c'est parfaitement cohérent à la diégèse du jeu et l'on peut qu'être surpris de la justesse d'un mélange aussi inapproprié.

Avec la compositrice Yoko Shimomura qui commandite encore ses réarrangements des musiques Disney originales et ses OST mythiques, de très bons doublages anglais qui en deviennent excellent lorsqu'il s'agit des doubleurs originaux (désolé, pas de VF cette fois), Kingdom Hearts 3 reste toujours aussi bon à donner cet effet Madeleine de Proust. Il ressasse des souvenirs grâce à ces univers féeriques qui ne cessent de faire chavirer nos cœurs d'enfants et l'on sent que tout a été fait pour nous y immerger. 

KINGDOM HEARTS Ⅲ_20190202144950

Tout ça est possible grâce à un Unreal Engine 4 extrêmement bien maîtrisé. Square Enix, bien connu pour rester à la pointe de la technologie depuis des décennies ne manque pas l'occasion de nous éblouir grâce à une gestion des lumières très bien calibrée, des graphismes attrayants ainsi que du 60 FPS, et ce même sur les premières PS4. Le perfectionnisme patent du studio est aussi présent, et c'est tellement épuré que l'on peut à peine discerner le moteur in-game aux cinématiques en images de synthèse qui surviennent parfois.

N'importe quel fan de Kingdom Hearts aurait rêvé de voir Twillight Town, la ville iconique de la licence, avec des gens MODÉLISÉS qui PARLENT. Souligner ce genre de détails parait aberrant en 2019, mais le dernier jeu sur console de salon Kingdom Hearts était sur PS2, ce KH3 est donc le premier opus que l'on voit en HD (sans compter le 0.2 qui était très court) le gap technique est naturellement très flagrant et extrêmement satisfaisant ! Cette technique irréprochable et cette fidélité aux mondes Disney font donc très bon ménage et KH3 reste visuellement bluffant, quid du gameplay me direz-vous ? 

Dans Action RPG, il y a ACTION

Malgré ses allures de beat them all dans les nombreux trailers, Kingdom Hearts 3 est bel et bien un action RPG japonais. Il s'agira alors de combats en temps réels mêlés à des mécaniques de RPG qui se manifestent grâce au menu en bas à gauche de l'interface où figurent les classiques "attaques, magie, objets, lien" qui régissent la série depuis sa naissance. Viennent s'ajouter à cela des compétences, du leveling, de l'équipement et une pléthore de mécaniques offensives.

Le gameplay est un pot-pourri de ce qui a fait les heures de gloire de la licence et que c'est réussi ! D'abord, contrôler Sora est un véritable plaisir, la fluidité insufflée à ses mouvements rend la prise en main jouissive au possible. En ajoutant à cela la verticalité des niveaux et leur ouverture couplée à la mécanique de l'escalade, un certain sentiment de liberté vient régir les parties. Débarrassé des espaces cloisonnés de ses prédécesseurs, ce nouvel épisode donne à la recette un second souffle grâce à cette liberté de mouvement si bien conçue, engendrant un level design des plus agréables.

Et cette liberté se manifeste tout autant en combat, car en plus de la commande d'attaque avec laquelle on peut enchaîner divers combos, la mécanique de tir visé, venue tout droit de Birth by Sleep ainsi que celle du fluide qui vient de Dream Drop Distance sont conviés à ce système qui en ressort plus touffu que jamais. On y ajoute les attaques contextuelles coopératives qui viennent ponctuer les combats, les diverses attractions Disney que l'on peut activer pour terrasser les ennemis, sans oublier la dizaine de Keyblades débloquée au fur et à mesure de l'aventure, conférant chacune des finishers exclusifs et deux formes différentes pour certaines.

Vous l'aurez deviné, le combat dans KH3 est archi-dense, il y a tellement d'options et d'attaques spéciales diverses et variées que l'on se retrouve toujours à attendre la prochaine confrontation. Le tout est extrêmement bien animé, chaque mouvement, attaque, sort ou compétence spéciale de Sora est un plaisir à voir s’exécuter, le travail fait est indéniable et le rendu visuel est grandiose. Les boss sont tout autant chiadés et plus extravagants que jamais de par leurs designs, Nomura oblige, ils font toujours autant dans la surenchère explosive qui résulte à des combats épiques passionnants à regarder et à jouer.

KINGDOM HEARTS Ⅲ_20190202153030

Où est mon Critical Mode ?

On notera par ailleurs une caméra qui peine à bien se placer par moments notamment dans les couloirs, et vu l'envergure de l'action cette dernière ne suit pas toujours comme il faut. Par contre, cette action dévergondée implique aussi un autre défaut du jeu : la facilité déconcertante de ses escarmouches. À vouloir en faire trop, ce KH3 nous croule sous un amas d'options offensives, on en arrive à oublier certaines par moments, ça en devient même une arme à double tranchant.

En s'attelant au jeu en mode standard, je ne suis jamais mort. Certes, je détenais constamment quelques potions dans mon inventaire et le sort de soin en raccourci, mais il en fallait beaucoup plus pour ne pas mourir dans les anciens Kingdom Hearts, spécialement lors des combats de boss. Pour les habitués du genre ou tout simplement ceux qui souhaitent un minimum de challenge, on recommande vivement donc de se tourner vers le Proud mode, qui est le mode le plus « difficile » du jeu, n'ayant malheureusement rien a envié à ceux des précédents opus (même le superboss est décevant, on veut revoir Sephiroth !). On espère une mise à jour future qui ajoutera l'habituel Critical mode pour corser le tout et donner aux plus férus une occasion de rejouer au jeu.

En parlant de rejouer, la série était constamment parsemée de raisons de revenir en proposant des mini-jeux, plein de collectables et du contenu en plus dont des boss et même de nouvelles zones à débloquer. Et c'est là un autre point sur lequel on est mitigé, car à part le mode de jeu des Caraïbes, où Nomura a manifestement joué aux parties de bateau dans Assassin's Creed Black Flag et s'est écrié « JE VEUX CA DANS MON JEU», il s'agira principalement de collectionner des trucs sans grand intérêt ou d'en photographier d'autres... Le constat est flagrant : le contenu post-jeu a manifestement été mis au second plan. Et ce, malgré la plaisance des parties du fameux vaisseau Gummi qui sont pour le coup réussies, avec des simili-puzzles à faire, des constellations à photographier (oui, encore) et des combats auxquels on peut prendre part ! En fait, ce contenu post-jeu est présent, mais plus en forme de check-list que véritable défi à relever ou valeur ajoutée pour laquelle on reviendra après avoir visionné l'épilogue. La rétention du titre en prend donc un coup et seuls les complétionnistes assidus auront tendance à y revenir.

KINGDOM HEARTS Ⅲ_20190130182048

Conclusion

Kingdom Hearts 3 est décidément la conclusion que l'on attendait tous. Les moments touchants, épiques et grandioses. Les combats virevoltants et jouissifs au possible. Les musiques toujours aussi extraordinaires. Les graphismes éblouissants et la fidélité déconcertante aux œuvres de Disney. Tout ça se rassemble pour donner un résultat qui nous fera pas oublier ce titre de sitôt, les défauts paraissent limite négligeables devant le plaisir que pourra procurer ce tant attendu Kingdom Hearts 3.
17
  • Une conclusion satisfaisante
  • Une histoire qui part en crescendo afin d'arriver au moment tant attendu depuis des années
  • La fidélité bluffante aux œuvres de Disney
  • Un rendu visuel éblouissant
  • Des OST et des arrangements toujours aussi bons
  • De l'action qui nous en fait redemander
  • Un vaisseau Gummi pour une fois réussi
  • Un spéctacle des plus grandioses
  • Le rythme parfois saccadé
  • Une caméra capricieuse
  • Du contenu post-game un peu limite comparé aux précédents opus
0
0
10
0
0
1

Ces articles pourraient vous intéresser

Kingdom Hearts III
Kingdom Hearts III : Tout ce qu'il faut savoir sur le prochain mastodonte de Square Enix
Quels mondes Disney ont été annoncés ? Y aura-t-il une VF ? Des DLC ? Quels titres dois-je jouer avant de pouvoir faire cet épisode ? Tant de questions gravitent autour de Kingdom Hearts III et on est là pour y répondre, voilà tout ce qu'il faut savoir sur Kingdom Hearts III avant sa sortie !
Kingdom Hearts III
Kingdom Hearts 3 : Nomura parle de la fin secrète et des futures sorties simultanées
Déjà sorti au pays du Soleil Levant, Kingdom Hearts 3 est très attendu par toute une communauté de joueurs impatients. Pour l'occasion, le magazine japonais Famitsu a rencontré le créateur du jeu, Tetsuya Nomura, et permet donc d'en apprendre plus sur la fin secrète, de quelle manière les fuites du jeu impacteront les sorties futures, ainsi que la suite de la série.
Kingdom Hearts III
Kingdom Hearts III : Une nouvelle vidéo récapitule le gameplay avant la sortie du jeu
Kingdom Hearts III sort très bientôt dans nos contrées. L'éditeur passe donc en revue ce qui nous attend en termes de gameplay grâce à une vidéo haute en couleur !
Kingdom Hearts III
Kingdom Hearts 3 : Une tournée mondiale de concerts annoncée
Les fans de Kingdom Hearts et de musique de jeux vidéo seront comblés en 2019, car Disney annonce une tournée mondiale à l'occasion de la sortie du prochain titre phare de Square Enix !