Test de Far Cry 6 : Bienvenue, Dani

La licence Far Cry est enfin de retour, avec comme protagoniste Dani Rojas, qui voyage sur la magnifique île fictive de Yara. Nous avons pu le tester, en long et en large, et voici notre avis.
Test de Far Cry 6 : Bienvenue, Dani
Publié le 01 novembre 2021
par Corentin Rimbert
0
Plus de trois ans après le dernier épisode majeur de la licence Far Cry, licence phare d'Ubisoft, et un report de plusieurs mois, Far Cry 6 est arrivé sur nos PC et consoles ce 7 octobre. Naturellement très attendu, nous vous proposons un test en faisant le point sur le jeu en lui-même, garanti sans spoiler, si vous souhaitez avoir un avis avant un potentiel achat.

Une histoire qui dit merci à Giancarlo Esposito

L'un des points forts d'un Far Cry est censé être son histoire. Ici, Ubisoft a misé gros sur la narration, notamment en mettant en avant l'acteur Giancarlo Esposito (Breaking Bad, The Mandalorian), qui campe le rôle de l'antagoniste de cet opus, Antón Castillo. Pour être bref, si vous n'avez pas trop suivi l'histoire, il s'agit du dictateur de l'île de Yara, qui sème la terreur et malmène son peuple, poussant alors certains à se révolter. C'est là que démarre l'histoire.

Giancarlo Esposito avait été, logiquement, largement utilisé lors de la campagne marketing, et Ubisoft a bien fait, puisque l'histoire aurait, sans lui, été bien plus terne. Il apporte clairement un plus à l'histoire et une certaine crainte, que nous ne trouvions pas forcément dans les derniers opus. 

anton
Outre la trame principale, celle dédiée uniquement à Antón Castillo, le résultat est malheureusement beaucoup moins plaisant. Les différents arcs narratifs n'apportent pas de réelle plus-value et certaines histoires sont plutôt ennuyantes. De temps à autre, un récit vous interpellera, mais nous étions en droit d'en attendre bien plus de la part d'Ubisoft. 

Le très gros point fort de cet opus est qu'il est possible de progresser dans l'histoire comme bon nous semble. C'est-à-dire qu'une fois la première partie terminée, vous allez devoir tenter de « recruter » des groupes pour venir à bout d'El Dictator, et cela pourra se faire de manière non linéaire. Vous pourrez alors vous rendre d'un groupe à l'autre sans avoir terminé la quête principale du groupe, et y revenir plus tard. Nous sommes réellement libres, et cela est un gros plus pour casser une potentielle monotonie.

Dani Rojas, un protagoniste ordinaire

La licence nous avait également habitués à avoir des personnages avec du caractère et du cœur. Si Dani Rojas, qui peut aussi bien être une femme qu'un homme, le choix est totalement libre, est sympathique, sa construction reste bancale. Son passif est important pour comprendre son envie de justice et de se battre pour l'île de Yara, mais lors de certaines rencontres, des liens se tissent par exemple trop vite, nous enlevant cette immersion qui aurait pourtant pu se faire avec un peu plus de profondeur dans les dialogues ou les cinématiques. 

dani1
Malheureusement, ce protagoniste manque de charisme. Non pas qu'il soit totalement insipide, mais en jouant à Far Cry 6, nous sentons que le potentiel de Dani n'a pas été poussé par Ubisoft, qui aurait pu prendre quelques risques dans son écriture et sa construction. Fort heureusement, cela ne nous handicape pas trop dans le jeu, même si nous avons beaucoup de mal à nous y attacher.

Yara, une île magnifique, mais c'est tout

Yara est l'île fictive créée pour Far Cry 6, inspirée de Cuba. Cela se ressent dès les premières minutes, et cette île est un réel coup de cœur. Yara est plutôt bien construite, reste assez variée, et il nous est souvent arrivés, durant les premières heures de jeu, de nous arrêter pour contempler le paysage, d'autant plus que le coucher de soleil est très bien géré, offrant un rendu de toute beauté. Malheureusement, tout n'est pas parfait à Yara. L'île est assez peu vivante et les seules interactions que nous pouvons croiser, hors PNJ, donnent une impression de déjà-vu, d'il y a quelques années... 

Cependant, les différentes zones de la carte empêcheront une certaine monotonie lors de l'histoire, comme nous vous le disions ci-dessus, puisque l'environnement peut différer. Pleine montagne, village, ville imposante ou plage, vous verrez du paysage. Dommage que cet environnement ne soit pas poussé, pour le rendre plus vivant.

Ubisoft a également gardé son système de camp, qu'il faudra récupérer en combattant les hommes de Castillo. Rien à redire à ce niveau, qui reste l'une des choses propres à Far Cry et vous proposera un petit défi entre deux missions.

camps

Du gameplay basique, mais un gunplay sympathique

Le gameplay de Far Cry 6, à tous les étages, est basique. Ubisoft n'a pas pris trop de risque et a même fait marche arrière sur certaines choses, notamment la conduite, qui est tout bonnement ratée. S'il est possible d'enclencher la conduite automatique pour ne pas se prendre un arbre ou renverser un PNJ qui passe par-là, nous préférerons, dès que nous le pouvons, le voyage rapide. Point positif, mais très peu réaliste, la possibilité d'appeler, à n'importe quel moment, une voiture, qui sera livrée par votre ami et vous permettra de poursuivre une mission ou tout simplement voyager.

Pour rester du côté des transports, nous avons néanmoins apprécié la possibilité de pouvoir, très rapidement, voler à bord d'un avion ou d'un hélicoptère. Vous allez également pouvoir vous déplacer à dos de cheval, ces derniers étant parfois difficiles à manœuvrer. À pied, les choses sont bien plus agréables, notamment avec la possibilité de glisser. Le terrain étant assez pentu, vous pourrez alors glisser sur le sol au lieu de courir. La wingsuit permet également de sauter dans le vide lorsque vous êtes sur une hauteur, ce qui est plutôt une bonne chose.

L'autre nouveauté importante était les amigos. Il s'agit d'animaux que vous allez débloquer au fil du temps, lesquels vous octroient un bonus bien précis. Certains sont en effet très utiles, mais d'autres un peu moins. Il s'agit encore une fois d'un concept qu'Ubisoft n'a pas poussé, mais pour le coup, cela n'est en rien dérangeant.

amigos
Le gunplay, quant à lui, est bien plus attrayant. Après quelques heures et surtout quelques armes débloquées, vous allez pouvoir vous créer un petit kit d'arme (trois principales, une secondaire) pour faire face à plusieurs situations, selon la façon dont vous jouez. Surtout, vous allez pouvoir les personnaliser, ce qui a un réel impact sur le gameplay (silencieux, balles spéciales, etc.). Bien qu'il s'agisse d'une personnalisation peu poussée comparée à d'autres jeux, il est appréciable de voir une telle fonctionnalité arriver, pour que les affrontements ne soient pas trop redondants, déjà que les missions sont assez répétitives. Notez que certaines armes ne peuvent pas être personnalisées. 

Une personnalisation appréciable

Restons dans la personnalisation pour mentionner un nouvel ajout dans la licence qui devrait rester pour les prochains opus : la personnalisation du personnage. Ou plutôt, la personnalisation de la tenue du personnage. Dans la même veine que les armes, vous pourrez débloquer de l'équipement (tête, haut du corps, bas du corps, mains et chaussures) pour, dans un premier temps, avoir un style vestimentaire unique, mais surtout dans un deuxième temps obtenir quelques bonus. 

Vitesse de rechargement, augmentation des chargeurs, vitesse de déplacement, ce sont autant de bonus que de vêtements que vous allez pouvoir débloquer. Là encore, la personnalisation n'est pas poussée, mais elle reste très appréciable pour obtenir un gameplay qui se rapproche à la façon dont vous aimez jouer.

Des cinématiques et animations qui datent

Si certaines cinématiques sont très réussies, en grande partie celles avec Antón Castillo et son fils Diego, les autres sont moins prenantes, voire sans intérêt. En effet, dans de rares cas, les cinématiques, censées faire avancer l'histoire, que ce soit la trame principale ou une histoire avec l'un des groupes de Yara, sont superflues et n'apportent aucune plus-value, si ce n'est la petite information qui aurait pu être partagée plus simplement. Ne parlons pas des animations (version PC de Far Cry 6) qui donnent l'impression de venir d'une version d'il y a plusieurs années... En opposition aux graphismes qui sont, dans l'ensemble, assez beaux. Lors des cinématiques, les personnages ne font presque pas preuve de charisme, sauf quelques-uns, rendant très difficile le fait de s'y attacher, tandis que d'autres sont tout bonnement insupportables Rassurez-vous, tous ne sont pas comme ça, et une grande partie reste « normale ».

L'intelligence artificielle aux abonnés absents

IA et Ubisoft n'ont jamais fait bon ménage et le studio le prouve encore une fois. L'intelligence artificielle de Far Cry 6 est calamiteuse. Que ce soit les ennemis, qui ne vous remarqueront pratiquement jamais alors que vous faites du bruit à proximité ou passez juste assez loin pour qu'ils ne vous remarquent pas, tout en étant bien visible, ou vos amis qui vous mettront tout simplement des bâtons dans les roues, le rendu frôle le ridicule... Sans parler des interactions naturelles entre les PNJ, qui n'ont ni queue ni tête, enchainant très souvent les accidents de la route. Vous pouvez être sûr que lors de chaque session vous verrez un camion renverser un PNJ, une voiture foncer dans un arbre ou encore des animaux se faire percuter.

En bref

Malgré les gros points noirs de ce Far Cry 6, il s'agit d'une expérience qui reste assez sympathique, bien que nous en attendions davantage de la part d'Ubisoft, qui avait avec cette histoire et ce paysage toutes les cartes entre ses mains pour en faire une belle production. Finalement, le ressenti n'est ni bon ni mauvais. Nous restons neutres, avec de belles surprises malheureusement gâchées par l'IA et la répétitivité des missions, en grande partie. Yara reste une très belle île et certaines missions sont excellentes, lorsqu'elles sortent des sentiers battus. La personnalisation des armes, bien que basiques, est également un plus pour varier le gameplay et que chaque joueur puisse trouver son bonheur. Comme dit plus haut, nous regrettons également le manque de risque pris par les développeurs. L'immersion est bien présente, mais il faut parfois lutter pour ne pas décrocher. Une fois bien ancré dans l'histoire, il sera toutefois difficile de ne pas aller au bout pour terminer Far Cry 6 et découvrir tous ses secrets.
Un concours est organisé avec notre partenaire Instant Gaming, lequel vous permet de repartir avec le jeu vidéo de votre choix, des crédits FIFA ou des V-bucks.

Pour participer, vous n'avez qu'à cliquer sur le lien suivant → Choisir mon jeu vidéo !

Conclusion

Nous attendions Ubisoft au tournant avec Far Cry 6, mais le studio n'a pas su saisir l'oportunité pour nous bluffer. Entre une histoire intéressante, une île magnifique et des idées originales pour la franchise, il y avait de quoi faire, mais Ubisoft n'est malheureusement pas allé au bout de ses idées. D'autant plus que l'IA est à des années lumières du reste, et que certaines cinématiques restent en dessous du niveau. Nous avons cependant enfin retrouvé un vrai méchant avec Antón Castillo.
13
  • Yara, une île somptueuse...
  • L'ambiance
  • La possibilité de personnaliser ses armes
  • Le fait que l'histoire soit non-linaire
  • Les avions
  • Les glissades et la wingsuit
  • Mais parfois vide
  • L'IA catastrophique
  • Certaines cinématiques et les animations
  • La conduite en voiture
Smiley tranquille0 Smiley heureux2 Smiley amoureux0 Smiley effrayé2 Smiley triste0 Smiley démon1

Ces articles pourraient vous intéresser

Far Cry 6 : Vaas : Folie, le premier DLC, annonce sa date de sortie et se détaille
Far Cry 6 11 novembre 2021

Far Cry 6 : Vaas : Folie, le premier DLC, annonce sa date de sortie et se détaille

Le premier DLC de Far Cry 6, mettant en avant Vaas, méchant de Far Cry 3, arrivera très vite. Ubisoft a, pour l'occasion, donné quelques détails supplémentaires.
Far Cry 6 propose du contenu Prime Gaming
Far Cry 6 15 octobre 2021

Far Cry 6 propose du contenu Prime Gaming

Tous les joueurs de Far Cry 6 et abonnés au service d'Amazon peuvent récupérer, gratuitement, du contenu pour Far Cry 6.
Far Cry 6 : Le mini-jeu de combat de coqs visé par la PETA
Far Cry 6 11 octobre 2021

Far Cry 6 : Le mini-jeu de combat de coqs visé par la PETA

Le dernier opus de la franchise Far Cry fait évidemment parler de lui, et l'une des raisons est pour le moins originale. Ubisoft permet aux joueurs de prendre part à un mini-jeu, lequel est critiqué par la PETA, association qui lutte pour la défense des animaux.

0 commentaire