DETROIT: Become Human

Test de Detroit: Become Human : Et si Quantic Dream prédisait notre avenir ?

Publié le   par Nacira Bourahmani , modifié le 
En l'an 2038, la technologie a évolué et bon nombre d'inventions ont pris place dans notre quotidien. Quantic Dream nous emmène dans la ville de Detroit, là où l'entreprise CyberLife a créé ses premiers prototypes d'androïdes. Des androïdes surpassant l'humain et qualifiés dans beaucoup de domaines. Quand l'humanité pensait avoir le contrôle des machines, tout bascule le jour où ils développent une conscience... À lire également
E3 : La liste de tous les jeux confirmés !
Detroit: Become Human est le nouveau jeu du studio français, Quantic Dream. Après leurs célèbres films interactifs tels que Heavy Rain ou Beyond Two Souls, ils reviennent à la charge, mais cette fois-ci dans un univers futuriste où les développeurs nous proposent leur vision de notre futur et de l'évolution de la technologie. Une histoire qui prend aux tripes et qui nous questionne sur la direction que l'humanité est en train de prendre.

Androïde, être vivant ou simple machine ? 

Dans Detroit: Become Human, l'invention qui a révolutionné le quotidien est l'androïde. Une machine polyvalente qui obéit à tous vos ordres. Que ce soit pour les tâches ménagères ou pour hospitaliser des personnes, les androïdes se déclinent en plusieurs modèles pour réaliser chaque activité. Un objet qui répond "oui" à toutes vos exigences, et dont on peut très vite se sentir supérieur au point d'en venir à la violence. L'androïde passe alors du statut de simple objet à un statut d'esclave. Et c'est là où les choses se compliquent, un choc émotionnel trop fort et l'androïde devient un déviant. "Déviant" est le nom des machines ayant développé un libre arbitre, l'enjeu de l'histoire est donc de vous positionner. Les déviants sont-ils des êtres vivants ou simplement une machine ayant une anomalie dans leur programme ?

Lorsque un androïde subit un choc émotionnel, leur LED situé sur leur front devient alors rouge, et il commence à ressentir de la peur, de la colère et développe la capacité à éprouver de l'affection. Personne ne supporterait d'être un esclave, et c'est ce qui arrive aux déviants, réclamant alors leur liberté et des droits. C'est là que vous commencerez à apporter vos réponses.

La marche Detroit_ Become Human™_20180529005559

Personnellement, dès le début du jeu, bien avant que nos trois personnages principaux ne deviennent des déviants (ou non, selon vos choix), j'ai ressenti de l'empathie pour ces machines. Markus, alors qu'il devait chercher un colis pour son maître, se fait brutaliser par un groupe de manifestants, et même si l'on sait que c'est une machine, son apparence humaine très réaliste accentue la peine éprouvée pour lui. Jusqu'à ce qu'un agent de police me ramène à la réalité en disant à un manifestant « si vous l'abîmez, vous aurez une contravention », le verbe abîmer montre bien que c'est une machine. Et c'est là où est tout l'enjeu, puisque tout au long de l'histoire, on se retrouve tiraillé à essayer de trouver de quel côté on se mettra, et essayer de décider si les androïdes auront bel et bien leurs libertés. 

L'histoire est très bien amenée pour que l'on comprenne facilement les positions de chacun. Mais si effectivement, vous êtes libres de les aimer ou de les détester, le fait de ne pouvoir jouer que des androïdes influence grandement ce qu'on va penser d'eux. Le jeu n'est pas neutre, et il aurait pu l'être en incluant un humain dans les personnages jouables. Un humain qui aurait subi des complications à cause de l'arrivée des androïdes, car même si Connor n'est pas un déviant, et fait partie de la police pour justement arrêter le mouvement de rébellion, il est lui aussi un androïde et a lui aussi la possibilité de devenir un déviant. On s'attache donc très vite à eux, et notre avis devient en quelque sorte biaiser

D'autant plus qu'on pourrait croire que ce n'est qu'un simple virus ou une surchauffe de leur programme, mais chaque androïde a sa propre personnalité avec des valeurs et des idées différentes. On peut le remarquer avec Jericho, un bateau abandonné où les déviants qui échappent aux forces spéciales peuvent se réfugier. Markus qui n'est autre que le leader, a, à ses côtés, North, Simon, et Josh qui veulent procéder de manières différentes. Quand North pense que les humains ne comprendront que par la violence, Josh veut être pacifique alors que Simon préfère rester en retrait et vivre cacher. Il est d'autant plus difficile de penser qu'ils n'ont pas réellement de conscience car s'ils avaient seulement été victimes d'un virus, alors ils auraient eu la même façon de voir les choses.

La relation avec les humains

Detroit: Become Human est gorgé de personnages secondaires, qui sont presque tous des humains. Connor seconde le lieutenant de police Hank. Bien que ce soit cliché, Hank était anciennement un lieutenant reconnu pour de nombreuses affaires classées. Maintenant, il est plutôt excentrique et préfère aller boire un verre plutôt que d'aller enquêter, ce qui donne un contraste assez comique entre Connor et Hank. Connor n'existe que pour sa mission, et son incompréhension des émotions ou du mépris que peut avoir Hank envers lui, donne des situations marrantes et allègent le ton des enquêtes policières. L'histoire autour de Connor se basera sur les investigations et la réflexion nécessaire à avoir pour repérer les indices et trouver les liens qui les réunissent. Connor reste mon personnage préféré car il est le seul avec qui vous pouvez jouer sur son instabilité logiciel. Vous pouvez commencer à le rendre déviant, puis le rappeler à l'ordre, ou tout simplement aller dans les extrêmes dès le départ. 

Corps mort Bateau peur Kara et Alice sur le bateau

Markus n'a eu de relations avec les humains qu'avant sa déviance, puisque par la suite il s'occupera de convertir les androïdes et de les mener à la victoire. Sa relation avec les humains est donc conflictuelle, puisqu'il affronte les forces de l'ordre. C'est avec Markus que vous pourrez grandement mener la bataille et décider de qui en sortira victorieux. L'ambiance est très sérieuse, et j'ai apprécié les moments qui nous mettent dans l'angoisse comme dans la décharge ou bien à la découverte de Jericho. Des passages que l'on peut très bien retrouver dans des jeux d'horreurs.

Quant à Kara, son rôle dans l'histoire nous permet de voir comment chacun se débrouille pour fuir avant que la guerre civile ne fasse rage. Elle cherchera à se mettre en sécurité pour la petite Alice, tout en cachant sa vraie nature, et voudra émigrer vers les frontières du Canada, là où il n'y a pas de conflit puisque les androïdes sont illégaux. Une ambiance plus sensible et émotive qui prouve que ce ne sont pas que de simples machines. En cherchant de l'aide, elle tombera sur des humains qui la mettront en danger, tout comme des humains qui auront le cœur sur la main et l'aideront à partir.

Tous les personnages secondaires ne sont pas nouveaux, vous avez certainement déjà croisé ce type de protagoniste dans d'autres jeux ou films. Mais cela n'empêche pas de s'y attacher ou d'adorer les détester. Un indicateur s'affichera à droite de l'écran dès qu'une de vos paroles ou actions changera la relation avec eux.

Hank North Kamski Amanda
Luther Josh Rose Simon

Les citoyens ont presque tous perdu leur emploi, et se sont vus remplacés par des androïdes. Ce qui a provoqué une hausse du taux de chômage et en vous baladant dans la rue, vous croiserez beaucoup de sans-abris... En 2038, les androïdes commencent aussi à gagner les milieux du divertissement tels que la musique ou le sport, un sujet polémique car personne ne voudra se lancer contre des robots qui ne peuvent pas faire d'erreurs. L'opinion publique jouera aussi son rôle, vos choix l'influenceront car si au départ, elle est mauvaise puisque vous êtes la cause de leur perte d'emploi, à vous de leur montrer ou non, que les coupables principaux ne sont que CyberLife.

L'importance des choix

Beaucoup de jeux où on choisit le déroulement des événements, donne l'illusion qu'on a un réel impact. Pour la plupart, il n'y a que le choix final qui changera tout. Quand on est habitué à ce qu'un choix change juste quelques phrases de dialogues, dans Detroit, c'est toute la scène entière qui sera différente

Les QTE seront aussi décisifs, comme pour chaque jeu de Quantic Dream, vous pouvez choisir la difficulté des QTE. Si vous ratez vos QTE, cela peut conduire à la mort des personnages et logiquement, à une modification des événements. Cela rajoute une réelle tension dans les scènes d'action, qui donne un dynamisme non négligeable. 

La tension se voit aussi monter à cause d'un temps limité donné pour réaliser certaines actions. Cependant, les scènes avec un compte à rebours se voient vite gâcher à cause de la maniabilité des déplacements. Les personnages donnent l'impression d'avoir un couloir à suivre et quand vous voulez sortir de ce couloir, cela devient très vite compliqué. Surtout si un PNJ, ou un mur se trouve sur votre chemin. J'ai perdu du temps à essayer de me débloquer de ces situations, et la tension se voit vite transformer en frustration. C'est un problème qui était déjà présent dans Heavy Rain et Beyond Two Souls, c'est dommage de voir qu'il n'a toujours pas été réglé. Ça ne donne plus envie d'explorer pour découvrir les actions possibles et je me suis vite rabattue sur les indices que l'on peut avoir en scannant les alentours avec la touche R2.

Les choix vous permettront aussi d'en apprendre plus sur un mystérieux rA9, mais peu importe ce que vous faites, ce ne seront que des informations très légères. Un peu de déception, car j'aurais vraiment aimé savoir ce que cela peut être. Tout comme Elijah Kamski et CyberLife que l'on voit très peu dans le jeu.

Et enfin, sans spoiler, les fins disponibles, même si elles mettent un terme à l'histoire, elle me laisse sur ma faim. J'ai une impression d'inachevée, et j'aurais adoré voir ce qu'il se passe bien après les résultats de mes choix.

Detroit_ Become Human™_20180530032248

Detroit: Become Human, le futur qui nous attend ? 

Quand vous lancerez le jeu, une androïde prénommée Chloé vous accueillera, et vous demandera de régler les options audio et vidéo. Juste avant de lancer la partie, elle vous dira alors « ce n'est pas qu'une simple histoire, ceci est notre avenir » car en effet, les développeurs n'ont pas voulu raconter qu'une simple histoire fictive, ils ont essayé de s'approcher au plus près de notre possible futur.

L'histoire se déroule en l'an 2038, alors qu'on pourrait s'attendre à des voitures volantes, des sabres lasers, ou bien des vaisseaux spatiaux, rien de tout cela n'est présent. La technologie a certes bien évolué par rapport à ce que l'on connaît aujourd'hui, mais c'est une évolution crédible. Si on regarde les films datant des années 80, les voitures volantes devraient déjà exister et nous savons tous que ce n'est pas le cas. Et ça ne le saura probablement pas en 2038.

L'univers dans lequel se passe Detroit: Become Human n'est pas totalement inconnu, il est même familier. Tout au long du scénario, vous avez la possibilité de lire des magazines avec en une des journaux, différents sujets. Et pour beaucoup d'entre eux, ce sont des sujets qui sont déjà abordés à notre époque. Sur l'un de ces magazines, on peut retrouver le thème des voitures autonomes. Quant à notre époque, elles commencent à être construites et testées, à Detroit, elles ont remplacé les autres modèles de voitures. 
Quand un véhicule sans conducteur prévoit un accident, son ordinateur doit prendre des décisions cruciales comme choisir de heurter tel ou tel piéton.
- Passage dans Detroit: Become Human
Il se trouve qu'en 2016, Jean-François Bonnefon, chercheur pour le Centre National de la Recherche Scientifique, a créé un jeu pour tester la morale des gens. Les joueurs doivent alors décider quelle vie est la plus importante si un accident se produit. Avec les résultats, ils pourront alors faire en sorte que la machine prenne la bonne décision. Et c'est exactement ce qui se produit à Detroit. La place des voitures sans conducteur dans le jeu n'est alors, que la suite logique.

Un autre sujet qui nous touche actuellement est la possible extinction des abeilles. Beaucoup d'entre nous tentent de les sauver et de trouver des alternatives pour empêcher cette catastrophe qui aurait des conséquences environnementales désastreuses. Grâce à un article, on apprend qu'en 2038, l'Homme n'a pas réussi à sauver les abeilles

Detroit_ Become Human™_20180528235624 Detroit_ Become Human™_20180530212940

En plus de ces similarités avec notre époque actuelle, il se trouve qu'en 2038, le président des États-Unis n'est autre qu'une présidente, Cristina Warren qui par le passé était une célébrité et une vloggeuse. Ça n'est encore jamais arrivé actuellement, mais Quantic Dream a bien décidé de faire changer les choses à travers Detroit: Become Human. Elle présente aussi des similitudes avec Hillary Clinton, candidate à l'élection présidentielle de 2016.

Présidente
Le traitement des humains envers les androïdes rappelle la ségrégation raciale aux États-Unis dans les années 1900. Plusieurs lieux publics ne sont réservés qu'aux humains, et à l'époque, les "personnes de couleur" devaient s'asseoir au fond du bus. Ici, les androïdes ont un compartiment spécial qui se trouve aussi au fond du bus. Et quand les déviants décident de mener la révolution, des camps d'extermination ouvrent comme ceux de la Seconde Guerre mondiale. Si jamais, cette invention voit le jour, il y a fort à parier que le même schéma de nos ancêtres se reproduisent dans notre futur.

La date peut aussi être un clin d’œil historique, en effet, le jour où les androïdes décident d'entreprendre la rébellion et de passer à l'action est le 11 novembre 2038. 11 novembre, qui est aussi le jour de l'armistice, jour où le cessez-le-feu a été signé pendant la Première Guerre mondiale. 

Cette crédibilité ne fait qu'augmenter l'intérêt que l'on peut porter à l'histoire. On se sent concerné par ce qu'il se passe et on passe du temps à réfléchir sur les décisions à prendre car on ne veut pas les prendre à la légère.

Detroit_ Become Human™_20180529013421 Fond du bus


Menu, arborescence et contenus supplémentaires

Le menu de Detroit: Become Human est très original. Comme dit plus haut, on est accueilli par Chloé, la première androïde créée. Elle nous accompagnera tout au long de l'aventure, et à chaque retour vers le menu principal, elle vous posera plusieurs questions pour des sondages. C'est une manière intéressante de voir ce que pensent tous les joueurs du jeu en général mais aussi de la technologie. Bien plus qu'un simple menu, elle fait aussi partie de l'histoire puisqu'on la retrouve d'ailleurs dans certaines scènes.

Arborescence
L'arborescence est un vrai plus ! Si vous voulez finir le jeu en entier, et débloquer absolument toutes les fins, alors elle vous sera très utile. Elle vous permet de voir toutes les actions réalisées et lesquelles il faut changer pour atteindre les autres. Une fois votre première partie terminée, nul besoin de tout recommencer, il vous suffira de sélectionner le chapitre qui vous intéresse pour aller directement au passage voulu.

Les développeurs ont aussi ajouté une section "suppléments". Chaque action réalisée de l'arborescence vous donne des points que vous pouvez dépenser pour débloquer du contenu. Illustrations, musiques ou courts-métrages sont les contenus déblocables. Les musiques sont accompagnées de commentaires des compositeurs. Les courts-métrages incluent toutes les vidéos sorties sur la chaîne YouTube de PlayStation ainsi que celui de Kara datant de 2013, bien avant le développement de Detroit: Become Human. Une galerie des personnages est aussi disponible, où vous pourrez acheter chaque protagoniste avec des tenues différentes.

Menu Suppléments Suppléments 2

Conclusion

Une histoire où on adore se plonger tellement sa crédibilité est grande. Elle sait attirer notre attention et nous faire vivre différentes émotions autour de chaque ambiance. Markus, Connor et Kara, bien qu'ils soient liés, nous font vivre des expériences bien distinctes et on adore découvrir leurs relations. Encore un jeu réussi pour le studio de Quantic Dream qui revient avec un nouvel opus.
17
  • Les ambiances différentes de chaque histoire
  • La crédibilité de l'histoire
  • Une tonne de choix importants qui ont un réel impact
  • Le pouvoir de jouer sur l'instabilité logiciel de Connor
  • Les personnages secondaires
  • Le menu avec Chloé
  • L'arborescence
  • Les sondages
  • La maniabilité des déplacements
  • Aucun humain jouable
  • La fin qui laisse une sensation d'inachevée
2
4
12
1
0
3

Ces articles pourraient vous intéresser

DETROIT: Become Human
Heavy Rain, Beyond Two Souls, et Detroit: Become Human réunis dans une collection Quantic Dream disponible qu'en Amérique du Nord...
Quantic Dream est célèbre pour ses jeux narratifs où le joueur a le pouvoir de choisir les actions des personnages qui auront une certaine influence dans la suite de l'histoire. Le studio a décidé de réunir ses trois plus grands titres dans une seule collection, mais qui n'est disponible qu'en Amérique du Nord...
DETROIT: Become Human
Detroit: Become Human atteint les 1,5 million de joueurs !
Paru en mai dernier en exclusivité sur PlayStation 4, Detroit: Become Human a largement été plébiscité par la presse mais également par les joueurs puisque Quantic Dream vient de communiquer sur le nombre de joueurs s'étant essayés à leur dernière oeuvre.
DETROIT: Become Human
Detroit: Become Human : David Cage, le directeur créatif, répond aux questions des fans !
Detroit: Become Human est sorti, il y a tout juste un mois, et les développeurs ont reçu énormément de retours positifs par les joueurs. Pour les remercier, David Cage a répondu aux nombreuses questions de la communauté sur Reddit.
DETROIT: Become Human
Detroit: Become Human : Un nouveau patch permettra de revenir sur votre décision concernant Chloé, l'androïde du menu !
Detroit: Become Human offre un large nombre de possibilités aux joueurs et permet de vraiment avoir une influence sur l'histoire. Les développeurs ont notamment ajouté un androïde dans le menu qui vous laissera devant une dure décision au cours de votre partie, souvent regrettée par les joueurs, du moins jusqu'à la dernière mise à jour.