CSGO

CSGO : Les quatre éléments-clés de l'ESL One Cologne 2019

Publié le   par Gustave Aymard
L’ESL One Cologne 2019 commence ce mardi 2 juillet à midi, et le tournoi le plus mythique de l’année peut une fois encore écrire l’histoire de CSGO. Entre changements de rosters, une nouvelle méta et un potentiel nouveau grand chelem, zoom sur quatre clés de l’ESL One Cologne. À lire également
CSGO : Présentation de l'ESL One Cologne 2019

Liquid peut gagner l’Intel Grand Slam à Cologne 

Le 5 mai dernier, Liquid soulevait le trophée de l’IEM Sydney et posait sa première pierre de l’édifice. Deux mois plus tard, nitr0 et compagnie peuvent remporter le quatrième tournoi majeur de suite, et ainsi s’octroyer le grand slam, avec le million de dollars qui va avec. Cette performance, presque quatre fois plus rapide que celle d’Astralis l’année dernière, pourrait propulser le roster américain parmi les trois plus grandes équipes de l’histoire de CSGO. Pour ce faire, Team Liquid devra batailler corps et âme contre plusieurs équipes du top 5, chose qu’ils n’ont jamais eu à faire jusqu'à présent. À Sydney et à Montpellier, Liquid a joué contre un adversaire qui n’était pas dans le top 5 en finale (Fnatic en Australie et G2 en France). Lors de la DreamHack Masters Dallas, Liquid a cependant eu un adversaire de taille, puisque Ence a poussé Liquid dans leurs derniers retranchements. 

À Cologne, Liquid croisera certainement la route de Astralis, Ence ou de Vitality dès les demi-finales. Un gros test avant la finale, vraisemblablement contre un autre de ces adversaires.

NaVi, NRGMIBR et NiP avec des nouveaux rosters

La période avant le major est souvent un moment de changements au sein des grandes équipes en difficulté. Et Cologne est le terrain de jeu idéal pour tester la nouvelle lineup, et perfectionner les automatismes travaillés. NaVi semble être l’équipe la plus préparée pour ce tournoi, puisque les coéquipiers de s1mple n’ont pas joué le moindre match officiel depuis l’addition de Boombl4 il y a un mois. L’équipe majoritairement russe devrait avoir eu le temps d’intégrer au mieux le jeune joueur dans leur équipe. À l’inverse, MIBR, NiP et NRG ont fait des changements de rosters bien plus récemment. Stanislaw est maintenant le leader in game de NRG, et, même s’il s’est entraîné avec l’équipe depuis le début de l’ESL Pro League Finals, le timing semble court pour que tout fonctionne à merveille. Cela va de même pour LUCAS1, qui a rejoint MIBR avec le même timing. Enfin, NiP semble encore plus dans la tourmente. Les Suédois utiliseront Plopski pour ce tournoi, puis Golden pour le major. GeT_RiGhT, qui semble être poussé vers la sortie après le major, aura à cœur de donner une dernière belle impression, mais cela semble compliqué de voir les Ninjas concentrés à 100 % dans ce tournoi en sachant que cette lineup n’existera qu’une semaine. 

Vitality et Furia doivent confirmer

Étonnamment, ce sont peut-être les deux équipes qui ont le plus de pression avec Team Liquid. Furia, qui est passé en deux semaines d’équipe presque inconnue à top 5, devra confirmer son statut de top team, dans un tournoi où ils seront attendus. L’équipe brésilienne va devoir trouver une façon de surprendre à nouveau leurs adversaires avec leur style de jeu ultra agressif qui avait tant fait mal lors des derniers ECS ou même à Dallas. Pour Vitality, la pression semble être encore plus grande. L’équipe française est maintenant dans le top 5 depuis plus d’un mois et leur victoire à cs_summit 4. Depuis, les Français ont fait une place de quart de finalistes à Dallas, et une victoire aux ECS après avoir battu NRG et Furia en playoffs, dans un bracket amputé des deux grands favoris, MIBR et Astralis.

Les deux équipes, qui n’ont fait que des playoffs depuis qu’ils ont éclos au grand public, tenteront de garder cette série en vie.

Une nouvelle meta se dessine ?

Après le nerf de l’AUG, une nouvelle meta est en train de se former. La M4A4, bénéficiant d’une bien meilleure cadence de tir que l’AUG, revient au premier plan de la scène et a été l’arme la plus achetée en CT depuis le nerf. L’autre arme qui faisait discussion, la SG553, n’a pas été touchée. Toujours au prix de 2750$ (50 de plus que l’AK), elle bénéficie d’une meilleure précision, et surtout, d’un viseur. La plupart des professionnels semblent être en accord pour dire que le Krieg, autre nom de l’arme à viseur des terroristes, a bien plus d’avantages que d’inconvénients. Ces dires sont traduits par un nombre de SG553 bien plus souvent acheté qu’avant, mais tous les joueurs n’ont pas encore adhéré à l’arme, et ceux qui ont appris à la maîtriser semblent être les grands gagnants de ce changement. Voyons également si la disparition de l’AUG aidera le side terroriste de certaines équipes, comme Astralis, qui a vraiment eu des difficultés à s’adapter contre cette « meta AUG ».

Les réponses à toutes ces clés pourront être suivies dès ce mardi 2 juillet à 12h sur la chaîne Twitch de l'ESL ou via notre site dans la partie esport dédiée à ce tournoi.
7
1
0
0
0
1

Ces articles pourraient vous intéresser

CSGO
CSGO se met à jour pour le début du Minor
Alors que le prochain Major arrive à grands pas, les équipes de Valve ont déployé une petite mise à jour visant à intégrer le support des play-offs pour le Minor, mais aussi ajouter quelques modifications sur certaines cartes.
CSGO
CSGO : Team Liquid remporte les Blast Pro Series Los Angeles
Cela commence à devenir une habitude, les Américains ont une nouvelle fois remporté un tournoi, cette fois-ci à Los Angeles.
CSGO
CSGO : G2 Esports remporte la Good Game League
Ce week-end, du 13 et 14 juillet, se déroulait en Pologne, la Good Game League, qui a vu s'imposer en finale les G2 Esports face aux Tricked.