DAWN OF WAR 3

Le test du RTS de l'année

Publié le   par Dany Petit
Cela fait bien huit ans que nous n’avons plus vu un nouveau Warhammer 40.000 : Dawn of War voir le jour. Le deuxième volet lancé en 2009, la série s’était arrêtée après la dissolution du studio THQ. Dawn of War III permet de mettre un point à la ligne et de clôturer l’histoire de la franchise destinée à proposer aux fans un RTS ultime. Enfin, après toutes ces années, sommes-nous en droit d’attendre une révolution de la part de la franchise ?
La campagne de Dawn of War III met en scène les « Space Marines » dirigés par le capitaine Gabriel Angelos, les « Eldar » dirigés par Farseer Macha et les « Orks » dirigés par Gorgutz comme le choc de Cyprus Ultima. Suite à une prophétie légendaire, impliquant la Lance de Khaine, les 3 armées se rencontrent individuellement sur cette planète. Dawn of War III promet une campagne remplie d’intrigue, d’espionnage, de trahison, de fraternité avec une touche d’humour bien géré. Cependant, elle aura vite fait de plomber votre ardeur, surtout si vous êtes un fan invétéré de la franchise… On aura vite tendance à se croire dans une fan-fiction dans laquelle la fin se termine en tête-à-queue. Pourtant, la campagne est amusante et saura garder en haleine votre attention pendant plus de quinze heures.

img6
Même si le jeu reste linéaire comme ses prédécesseurs, la campagne se divise en plusieurs chapitres afin de vous laisser le temps de prendre connaissance des différentes factions qui peuplent le jeu. C’est un total de dix-sept chapitres qui, intelligemment, vous donneront la possibilité de prendre en main les 3 factions dans chacun d’eux. Même si les Space Marines et les Eldar peuvent paraître un peu trop sérieux, les Orks ne manqueront pas de remonter le niveau avec un humour bien calé et un doublage de qualité.

En réalité, la campagne sert, presque entièrement, de didacticiel pour l’ensemble du jeu en multijoueur. Dans tous les chapitres, vous aurez l’occasion d’apprendre les mécaniques et doctrines du jeu pour toutes les factions. Avec le temps et un peu de persévérance, vous serez capable de bien combattre avec chacune des trois factions que renferme le jeu.

img3
Les Space Marines sont ornées d’anciennes armures de puissance. Bien que leur nombre soit réduit sur les champs de bataille, leur performance au combat n’est pas négligeable. Contrairement aux autres factions, les Space Marines ont la possibilité d’appeler des renforts à l’aide d’une capsule qui, lorsqu’elle est bien placée, peut écraser l’ennemi en infligeant des dégâts de zone.

Les Orks sont des guerriers brutaux qui compte sur le nombre pour faire barrage. Leur cri de guerre rassemble une armée de sanguinaires capable de balayer l’ennemi. Ils sont également astucieux en utilisant des déchets pour améliorer et former des unités à moindre coût.

Enfin, il y a les Eldar, une civilisation ancienne qui utilise des capacités psychiques et des armes de dernière génération. Cette faction « hit and run » est capable de se ruer sur l’ennemi sans se méfier pour se retirer, ensuite, loin de la confrontation.

img-2
Votre manière de jouer sera déterminant dans le choix de votre faction. Ceux qui souhaitent une expérience plus maîtrisée auront tendance à se diriger vers les Space Marines. Les joueurs ayant l’envie de développer une grande armée auront tendance à choisir la faction Orks. Si l’attaque à distance est votre nature, alors vous aurez vite fait de choisir les Eldar. Chacune des factions est plaisante à jouer avec les différentes techniques et mécaniques qu’elles apportent. Au final, peu importe votre choix, l’équilibre étant bien fait, vous ne serez jamais déçus.

En fait, quiconque aime le genre RTS devrait sauter sur Dawn of War III. Le jeu consiste à gérer des unités de soldats, collecter des ressources et prendre le contrôle de la carte. L’interface du jeu est propre, reléguant la plupart des informations sur le côté de l’écran et affichant toutes vos unités dans le bas de l’affichage. Petit changement pour les habitués du genre, le jeu se passe de l’exploitation minière pour collecter les ressources. Ici, les joueurs devront se battre et capturer des nœuds de ressources sur la carte qui peuvent être améliorés pour fournir plus d’énergie au fil du temps. En fait, on trouve déjà cette méthode dans Ashes of the Singularity: Escalation. Ce procédé pousse les joueurs à être plus offensifs dès le début de la partie au lieu de se cantonner dans une seule et unique base.

Dawn of War III n’invente pas, cependant il précise le genre RTS avec une approche plus tapageuse que ce que l’on pouvait voir dans Dawn of War et Dawn of War II. Aujourd’hui, les joueurs peuvent construire leur base principale n’importe où sur la carte et construire des bâtiments supplémentaires plus éloignés sur celle-ci. Depuis le deuxième épisode de la série, les joueurs peuvent profiter d’une IA avancée, ainsi que d'une amélioration de la prise en charge des unités. Il est facile de tenir une position de couverture avec ses unités, donnant à ces dernières des bonus défensifs non négligeables. Cependant, les ennemis auront les moyens de déloger les défenses.

img-1
Dawn of War III reprend un concept qui était déjà présent dans le deuxième opus: il s’agit des élites. Ces unités puissantes sont équipées de capacités actives et passives qui peuvent radicalement faire pencher la balance lors d’un combat. Les joueurs peuvent faire appel à 3 élites lors d’une partie. Mais il faudra dépenser des points « Élite » pour en invoquer. Représentés par des diamants pourpres, les points élites s’accumulent avec le temps, mais, en mode multijoueur, ils peuvent être cultivés dans les nœuds de ressources. La quantité de points nécessaires à l’invocation d’un élite dépend de ses capacités. Un choix qui s’avèrera judicieux, une équipe composée d’élites pourra tout aussi bien être un désastre si une attention particulière n’est pas accordée à cette sélection.

C’est également avec ces élites que la progression dans le jeu se fait. Chaque faction a des élites qui sont verrouillés et exigent des crânes pour être débloqués. Ceux-ci peuvent être gagnés lors de la campagne ou, encore, en multijoueur. Les élites gagnent de l’expérience nécessaire afin de participer à certains combats.

img4
Bien évidemment, l’atout principal d’un RTS est son mode multijoueur, et Dawn of War III ne déroge pas à cette règle. Les joueurs pourront participer à des matchs en 1 contre 1, 2 contre 2 ou encore 3 contre 3 sur huit cartes différentes, contre l’IA ou d’autres joueurs. Un match multijoueur se résume à deux équipes face à face l'une contre l'autre et essayant de détruire le « Power Core » de leur adversaire. Pour ce faire, les deux équipes devront un peu se remuer. Les joueurs doivent d'abord détruire le générateur de bouclier de leurs adversaires, venir à bout des défenses, pour enfin avoir accès au « Power Core ». Détruire le noyau est le seul moyen de mettre fin au match. Une partie multijoueur de Warhammer 40,000 : Dawn of War III est une expérience intense qui va vraiment tester la connaissance d'un joueur sur sa faction.

Les cartes et les unités sont bien détaillées avec un travail d'animation extraordinaire. Également impressionnants, les nombreux effets qui en mettent plein la vue. On regrettera les scènes d’introduction, qui sont juste des images fixes accompagnées d’un doublage et d’une légère animation. Ces scènes sont, malheureusement, sans vie.

Conclusion

Revoir Dawn of War III est un vrai plaisir autant pour un fan que pour un néophyte. Sa campagne sera un vrai didacticiel capable de vous mettre à jour pour les mois à venir. L'adoption d'un gameplay plus offensif change complètement la mise en multijoueur et force, enfin, les joueurs à sortir de leur trou. La série Warhammer 40,000 ne peut que bien se porter, à croire que le départ de THQ est une bonne chose, au final.
17
  • Gameplay plus offensif
  • Des graphismes qui en jettent, à condition d'avoir une bonne configuration
  • Des doublages de qualité
  • Quelques bugs à signaler
0
0
0
0
0
0

Ces articles pourraient vous intéresser

PUBG
PUBG : Après la campagne FIX PUBG, les développeurs veulent continuer à améliorer l'expérience des joueurs
Lancée il y a environ trois mois, la campagne « FIX PUBG » avait pour but d'améliorer le jeu dans son ensemble. Les développeurs ont annoncé que l'opération était maintenant terminée, mais qu'ils continueront de perfectionner le jeu, ainsi que d'ajouter des nouveautés. Par ailleurs, la chasse aux tricheurs sera reconduite de manière plus stricte, en interdisant non plus les comptes, mais les ordinateurs.
Battlefield V
Battlefield V : Tout ce qu’il faut savoir sur le jeu !
La fin de l'année approchant à grands pas, cela signifie également que le lancement de Battlefield V est imminent. C'est la raison pour laquelle nous avons jugé bon de récapituler tout ce que nous avons appris sur le jeu jusqu’à aujourd’hui.
Rainbow Six: Siege
Rainbow Six: Siege : Une vidéo de la nouvelle opération fuite avant la présentation officielle
Alors que la présentation officielle du jeu se déroule aujourd'hui à Rio, une vidéo de gameplay de la nouvelle opération a fuité dans la nuit. Le match se passe dans la nouvelle carte Forteresse et met en scène les deux nouveaux opérateurs de Rainbow Six: Siege.
CSGO
CSGO : Cloud9 complète son équipe avec un Français
Serait-ce le dernier rebondissement dans les péripéties de Cloud9 sur le marché des transferts ? Probablement jusqu'au mois de février prochain. En effet, après une année 2018 compliquée, l'organisation nord-américaine vient de finaliser le recrutement du Français kioShiMa pour compléter sa formation en vue du Major de Katowice.