Moto Racer 4

Test de Moto Racer 4, le retour de la licence arcade

Publié le  par Dany Petit
Moto Racer 4 est le 3 ème opus d'une saga qui commence mal...et qui ne termine pas mieux. Cette fois-ci, Microïds tente un rapprochement différent avec un moteur graphique qui devrait en mettre plein la vue...
Moto Racer apparaît dans les années 90 avec l'avènement de la 3D sur PlayStation. Les deux premiers opus étaient très appréciés à l'époque pour le gameplay orienté arcade, malgré des graphismes largement en retrait par rapport à la concurrence. La vitesse était le maître mot de ce titre qui nous montrait des circuits défiler à toutes vitesses dans l'effet couloir de notre casque. Le dernier opus de la saga est alors sorti en 2001 et souffrait déjà d'une critique fort peu éloquente. Ses principaux défauts étaient des graphismes et une maniabilité peu appréciable. Le retour de Moto Racer 4 était-il nécessaire ? 

Quand on nous a annoncé qu'on aurait à faire le test de Moto Racer 4, nous étions heureux. Faire un test d'un jeu de sport moteur nous rend toujours contents... d'habitude. Cette fois-ci, c'était le cas aussi ! Jusqu'à ce que nous lancions le jeu. Le démarrage se fait en douceur, pas de bande-son qui montrent qu'on a affaire à un jeu de moto... rien, juste quelques splash screens qui défilent et dans lesquelles on aperçoit Microïds et Unreal Engine

Unreal Engine est, généralement, un gage de qualité. C'est un moteur qui a fait ses preuves et qui permet des visuels incroyables et, qualitativement, au-delà d'une grande partie des moteurs de jeux de l'industrie. Développé pour des jeux de tir à la première personne à la base, le moteur permet une fréquence d'affichage élevée qui s'accorde également à un jeu de sport arcade.


Le premier coup d'oeil

Le menu du jeu est simple, voire trop simpliste. On se retrouve devant des propositions de bases entre carrière, courses libre et multijoueur. L'ambiance sonore est ... absente. Franchement, le menu c'est un détail quand le jeu est de qualité et fait oublier tout ce dernier... Mais visiblement Moto Racer 4 n'arrive pas à nous faire passer ce regret. Peut-être que c'est voulu, peut-être qu'ils étaient nostalgiques chez Microïds et qu'ils se sont dit que ce serait bien... 

Menu

On nous annonce un jeu d'arcade qui en met plein les yeux avec une expérience Full HD, 60 fps... mmmhh oui oui. Rien de tout ça, on se retrouve devant une interface austère qui affiche grise mine. Rien de transcendant et qui à l'effet de nous dégoûter dès le premier lancement. Sur Xbox One, on se retrouve avec un clipping abusé, mis en avant dès le lancement de la course, lorsque l'on roule à grande vitesse... les fps ne suivent pas et on se retrouve devant un jeu en diapositive

Commentaires_chargemernts

Le pilote n'a aucun charisme, il est fixe sur sa moto alors qu'on aurait pu imaginer qu'il tente de se pencher pour récupérer l'équilibre de sa moto, même s'il le fait parfois inutilement, lui ajouter un mouvement d'épaule lorsqu'il respire et ajouter des émottes lorsqu'il y a une victoire où une défaite (en réalité, seule 2 émottes sont disponible et jouée aléatoirement). Rajouter une voix aux personnages ne serait pas un mal et une musique évolutive en fonction de la course et des évènements. Côté mécanique, on ne sait pas avec quoi on roule, si ce n'est que le bruit d'un aspirateur ou d'un sèche-cheveux en guise de bruit moteur. Notez les caractères qui prennent cher dans la citation d'un des rivaux, aussi appelés "Nemesis" dans la capture ci-dessus... Il semblerait pourtant qu'ils ont pensé à proposer plusieurs pilotes qu'on peut débloquer au fur et à mesure de notre progression dans le jeu, mais aucun de ces motards n'arrive à se démarquer des autres


Passons à la conduite

Lors de la conduite, on est encore une fois déçu. Il suffit de rester appuyer sur l'accélérateur pour avancer... Normal, me direz-vous. Sauf qu'à aucun moment on ne ressent le besoin de freiner... Appuyer sur A permet de faire un wheeling avec un effet turbo qui devient vite un réflexe afin de rester en tête de la course. Là encore, ce n'est pas difficile vu la qualité de l'IA qui a tendance à foncer dans les véhicules qu'ils croisent ou de rater les sauts qu'on rencontre peu souvent en course. 

En course

Et pourtant ce jeu avait un potentiel malheureusement gâché par un manque de recherche et une démotivation, peut-être, des développeurs. On arrive à douter, voir à se persuader que sortir un 4e opus est une erreur. L'idée d'utiliser l'Unreal Engine 4 n’était vraiment pas mauvaise, mais mal utilisé ou exploité, ce moteur peut aussi être éprouvant. 

Les décors, bien que le jeu offre une variété de circuits plus que convenables, sont ternes et manquent un petit peu de contenu. Le bon point est présent quand vous traversez un désert, pour le coup il s'agit bien d'un désert au sens large du terme. 

Arret

À l'arrêt, le jeu est beau ! Mais uniquement à l'arrêt. Dès qu'on ajoute du mouvement, on se retrouve face a une conduite maladroite, du clipping plein les yeux, des modèles horribles et un sentiment de déception. 

Cependant, il ne faut pas le cacher, Moto Racer 4 a un intérêt en multijoueur avec son mode écran partagé. Le challenge sera encore plus corsé avec un pilote chevroné à vos côtés où en profitant des modes en ligne offerts par le jeu. 



Conclusion

Moto Racer 4 est une grande déception qui n'aurait pas dû voir le jour. On est loin de l'époque où la licence avait un goût de magie et nous donnait l'envie de foncer à toute vitesse. On se retrouve face à un jeu qui est vendu, malgré son petit prix aux alentours de 40€, trop cher par rapport à la qualité qu'il délivre. Un manque d'audace ? Un choix technique mal orienté ? 

LES +

  • La variété de circuits0
  • Un mode PlayStation VR
  • Le mode écran partagé
  • La quantité de modes en ligne

LES -

  • Une ambiance sonore absente
  • Un manque d'audace
  • Des graphismes dignes de la génération précédente
  • Des FPS en chute libre
  • Un conduite maladroite

Conclusion

1

Ces articles pourraient vous intéresser

FIFA 17
TOTW 31 : Un gardien allemand en cache souvent deux autres
Du 19 au 26 avril, l’équipe de la semaine n°31 est disponible dans les packs ! 23 nouveaux joueurs InForm font leur apparition et ne demandent qu’à être utilisés. De Bruyne, Isco, Sokratis, Kompany, Di María et plein d’autres joueurs vous attendent !
FIFA 17
TOTW 32 : Le 500ème but de Messi pour le Barça
Du 26 avril au 3 mai, l’équipe de la semaine n°32 est disponible dans les packs ! 23 nouveaux joueurs InForm font leur apparition et ne demandent qu’à être utilisés. Messi, Bonucci, Martial, Immobile, Benteke et plein d’autres joueurs vous attendent !
Rocket League
Rocket League explose l'impressionnante barre des 30 millions de joueurs !
Le titre indépendant développé par Psyonix a profité d'être gratuit à une certaine époque sur PlayStation Plus pour exploser son nombre d'utilisateurs. Cette gratuité temporaire a permis à Rocket League d'être mis sur le devant de la scène quelques semaines après son arrivée sur console.
FIFA 17
City Football Group recherche un responsable esports
Propriétaire des clubs de football Manchester City et New York City entre autres, la firme City Football Group regarde vers l'esport et ouvre son recrutement.