Battlefield 1

Battlefield 1, vivez les côtés méconnus de la Grande Guerre

Publié le  par Thomas Colette
Sorti le 21 Octobre 2016, Battlefield 1 revient sur les événements qui se sont déroulés durant la Grande Guerre (1914-1918). Le jeu veut faire découvrir aux joueurs les histoires de tous les fronts de la 1ère Guerre Mondiale et de vivre l'horreur des combats.

Une prise de risque récompensée

Alors que la majorité des jeux se tournent vers le futur, les nouvelles technologies et l'espace, Battlefield 1 retourne lui 100 ans en arrière et propose au joueur de se plonger en plein cœur de la Première Guerre Mondiale (1914-1918). Un pari gagné quand on voit le travail qui a été fourni. Tout a été pensé pour reproduire l'ambiance de la Grande Guerre, que ce soient les champs de batailles, les uniformes, les bruitages, les véhicules ou les armes, tout est respecté.

Enfin...presque tout. L'action principale se déroule en France et un problème majeur se pose. Où sont les français et les russes ? Nulle part. Ni en personnage jouable, ni en alliée non joueur ni même mentionnée. Une très grosse erreur de la part de DICE qui essaie de rattraper le coup avec un futur DLC dédié à l'armée française.

Hormis cela, nous avons un jeu de très bonne qualité avec plusieurs petites campagnes se déroulant sur plusieurs fronts de la guerre et un mode multijoueur toujours aussi plaisant à jouer.

Screen_Shot_2016-06-12_at_5.02.41_PM.0


Une campagne riche en émotion

La grosse nouveauté de cette campagne est le fait qu'elle soit découpée en 5 "récits de guerre" où on incarnera différents acteurs sur différents fronts. Ainsi, on découvrira la guerre sous trois angles, à pied, dans un char et dans un avion. On notera aussi la liberté donnée au joueur de jouer comme il le souhaite, en fonçant tête baissée avec une mitrailleuse ou caché avec un sniper silencieux éliminant les cibles les unes après les autres.

On ressent la volonté de transmettre les émotions et l'histoire du personnage au joueur, que ce soit avec un flash-back ou avec la voix-off du personnage racontant ce qu'il a vécu, le joueur s'identifie assez facilement au personnage et l'immersion dans l'horreur de la guerre se fera assez naturellement.

Dans l'ensemble, le gameplay est dynamique et dense. On n'a pas le temps de s'ennuyer et il faut être à l’affût du moindre danger sans arrêt.

La campagne est aussi un très gros tutoriel et une introduction au mode multijoueur dans lequel on retrouvera toutes les mécaniques introduites dans le mode solo.

ME3050751733_2


Un multijoueur de haut niveau

En effet, on retrouve une fois de plus un mode multijoueur plus qu'excellent. Un nouveau mode de jeu y est disponible, il se nomme Opération et est un match opposant deux équipes en attaque/défense et cela sur 2 maps différentes avec un maximum de 3 essais. Ce mode de jeu peut durer plus d'une heure et nous plonge dans des batailles assez intenses, un vrai plaisir.

4 classes sont disponibles :
  • Assaut, pour un gameplay un peu bourrin, vous avez l'équipement pour faire exploser des véhicules blindés et vous êtes un expert du combat rapproché, vous aurez l'avantage au corps-à-corps.
  • Soutien, si vous n'aimez pas trop avoir à viser. Vous êtes l'expert des mitrailleuses automatiques et vous pouvez ravitailler vos coéquipiers en munitions.
  • Infirmier, pour soigner vos camarades blessés ou à terre. Cependant, vous avez tout de même de quoi laisser votre adversaire sans possibilité qu'il ne soit soigné.
  • Eclaireur, si vous préférez abattre un ennemi dans le dos à plus de 500m avec votre sniper ou si vous aimez récupérer des informations sur les positions ennemis.

Un énorme travail a été fait sur les cartes et notre attention fut vraiment portée sur la carte de la ville d'Amiens qui s'est transformée après quelques dizaines de minutes de combat en un véritable champs de bataille ! Les rues se sont remplis de gravats et de cadavres, les habitations remplies d'impacts d'obus de toute part. A la fin du combat, cette jolie ville est devenue un véritable no man's land.

ME3050692373_2

Conclusion

Battlefield 1 est un très bon hommage à la Grande Guerre malgré l'absence de l'armée française et russe. L'ambiance est plus que respectée et l'immersion en jeu se fait rapidement et naturellement. Le but de montrer les fronts de la guerre dont on ne parle pas beaucoup est vraiment réussi et permet à des joueurs jeunes ou qui ne s'intéressent pas forcément à ces périodes de découvrir que la 1ère Guerre Mondiale ne s'est pas seulement déroulée en France mais bien sur une grande partie du monde.

Les +

  • Graphismes, musiques et ambiance au top
  • Campagne non linéaire permettant d'appréhender toutes les mécaniques du jeu
  • Mode Opération du Multijoueur donne un renouveau aux multijoueurs habituels de Battlefield

Les -

  • La France qui fut un des acteurs principaux de la Grande Guerre n'est pas présente et la Russie non plus
  • La campagne est un peu courte, nous l'avons tellement appréciée qu'on aurait voulu qu'elle dure plus longtemps

Ces articles pourraient vous intéresser

Destiny
Les activités de la semaine du 14 février
C'est la St Valentin ! Vous allez pouvoir partir en orbite pour retrouver votre tendre partenaire, partez à l'aventure en amoureux sans oublier de vous envoyer un baiser.
Overwatch
De nouveaux indices sur le nouveau héros sur le serveur de test
Blizzard continue de teaser sur le nouveau héros d'Overwatch, Efi Oladele, et les dernières informations parues à la fois sur le compte Twitter officiel ainsi que sur le serveur de test vont certainement bientôt atteindre un point culminant.
Destiny
Xûr, l'Agent des Neuf est arrivé à la Tour (du 24 au 26 février)
Notre Agent des Neuf préféré est arrivé à la Tour ce matin. Il est venu exprès pour vous Gardien afin de vous vendre des objets surpuissants comme des armes et des équipements exotiques en échange d'une monnaie très spéciale connue sous le nom de Pièces étranges.
Overwatch
La parodie Playboy érotique d'Overwatch contraint de fermer pour violation de copyright !
L'année dernière, l'artiste Manusogi a proposé sur le site de DeviantArt une série de couvertures pour « Playwatch », un magazine fictif masculin qui aurait pu être l'équivalent de Playboy en version Overwatch.